La loi prévoit que des mesures d’assistance éducative peuvent être ordonnées si la santé, la sécurité ou la moralité d’un mineur sont en danger.